4. L'Évangile


(ATTENTION) Si tu ne crois pas en la fée des tunnels, au fantôme du neveu de Jupiter ni aux chevaux qui pondent des huîtres, tu possèdes une inclination naturelle à embrasser la démarche du Candidat Universel.
Sinon, tu as vingt minutes pour te préparer.

La superstition
La parabole de la vache et du crocodile est limpide comme le ruisseau au gré de la brise : il est légitime de protéger sa viande contre la force et la ruse d'autrui. Quelles que soient les obligations protéiniques du crocodile, la vache avait le droit de contrecarrer sa convoitise non agréée. Ce n'est pas la vache qui a commencé : tu compatis davantage avec la victime qu'avec l'agresseur. Tu ressens encore cet épais coulis de satisfaction imbibé de "ce crocodile l'a bien cherché".

Ainsi, les lois de l'Univers sont formelles : au niveau macroscopique, elles prohibent l'invasion.

Les conséquences sont innombrables, aussi Le Candidat Universel se contentera de citer la plus dodue : l'autorité publique est une superstition.
Car l'autorité publique est la périphrase de la légitimité d'initier l'usage de la force.
A) Autorité : légitimité
B) Publique : l'usage de la force
L'autorité publique serait donc le droit d'invasion. Les lois de l'univers nous confirment que cela n'est pas possible. Quand le crocodile positionne ses mâchoires, il exerce une invasion de vache. Il initie l'usage de la force en dehors de son espace privé, c'est un acte public. Mais il n'est pas légitime car la vache n'est pas d'accord. Une réelle autorité n'a nul besoin d'utiliser la force, puisqu'elle est légitime.
Le Candidat Universel est juste.


L'autre superstition
La parabole du seau de termites étincelle comme un coutelas d'ivoire : Moustaphage Riomblin avait cru que vouloir quelque chose, c'était le rendre réel. Malheureusement il dut se rendre compte que finalement, non. Le fer de la raison consolide ta conviction que Moustaphage fit preuve de naïveté. On ne peut donner ce que l'on ne possède pas.

Ainsi, les lois de l'Univers sont formelles : au niveau macroscopique, elles prohibent la création ex-nihilo.

Les conséquences sont innombrables, aussi Le Candidat Universel se contentera de citer la plus odoriférante : la démocratie est une superstition.
Car la démocratie est la périphrase du pouvoir légitime du plus nombreux.
A) Démo : du plus nombreux
B) Cratie : pouvoir
La démocratie serait donc l'octroi du droit d'invasion au plus nombreux. Mais ce droit d'invasion, l'autorité publique, n'existe pas. Le Candidat Universel l'a déjà expliqué avec une vache. Le plus nombreux ne peut donc distribuer ce pouvoir de crocodile. Aucun membre du plus nombreux ne possède individuellement ce pouvoir, il ne peut donc le donner à quelqu'un d'autre, même en le voulant passionnément-à-la-folie, même en s'y mettant à plusieurs. La démocratie est pourtant ce pouvoir enfanté par un voeu. Quand Moustaphage n'arrive pas à créer un seau de termites par la volonté, il t'instruit qu'il ne saura pas davantage créer un triangle à trente côtés, ni un trou plein, ni une démocratie.
Le Candidat Universel est pratique.




La libération
Tu sais désormais qu'initier l'usage de la force, c'est mal. C'est incompatible. C'est anti.
Tu comprends donc que l'autorité publique n'existe pas.
Il est inutile de la souhaiter, il est inutile de l'incanter, il est inutile de la conquérir, il est inutile de la tirer au sort et il est inutile de la voter.
Tu comprends que la démocratie en tant qu'autorité publique distribuée au plus nombreux est un mirage. La démocratie représentative, où l'autorité publique est décernée à l'idole du plus nombreux, est l'illusion d'un mirage.
Lorsque cinq crocodiles et une vache se rencontrent et s'expriment sur le contenu du déjeuner, la vache est-elle dans son droit en repoussant le résultat du vote ? À partir de combien de crocodiles est-elle censée accepter ?
Raconte l'autorité, chante l'autorité, écris l'autorité, scande l'autorité. Elle n'existera pas davantage.
Autant essayer de briser les lois de l'Univers.

Le Candidat Universel ne fait que déboucher une bouteille déjà bue. Lorsque le pouvoir est détenu par le dictateur, les gens sont amers et disent : cela n'est pas légitime. Ils sont mal à l'aise, ils trouvent cela injuste et antipathique. Ils ont raison : ils se sentent comme une vache tandis que le crocodile feule.
Les gens croient qu'ils ne croient pas en cette autorité. En réalité ils ne croient pas en l'autorité. Ils ne le savent pas encore, mais chut.
Le Candidat Universel est progressif.

L'errance
Quand les gens finissent par couper la tête du dictateur ontologiquement dépourvu d'autorité, sa mitraillette tombe par terre. Car en définitive, qu'est-ce qu'un crocodile, sinon une vache avec une mitraillette ? Or le crocodile est mort. Maintenant, que faire de la mitraillette ? Ce qui compte, c'est que la mitraillette.
L'incertitude s'installe dans les esprits. C'est difficile. Que faire de la mitraillette ? Comment créer à partir de rien l'autorité nécessaire au maniement de la mitraillette ? Chacun est persuadé que le vide laissé par le crocodile doit être rempli. Moustaphage au secours !

Si tous les esprits étaient connectés au Grand Tout et réciproquement, ils sauraient car ils ne feraient qu'un avec eux-mêmes tous. La fusion globale annulerait les tergiversations consécutives à la présence irréductible de plusieurs entités. Mais non.
Si au moins un esprit possédait la Connaissance Universelle, ils sauraient car il saurait tout et n'aurait qu'à le dire, y compris. Mais non plus.
Chaque esprit est étanche à tous les autres au sein de son propre horizon. Parfois, ils se touchent et c'est bon. Mais jamais tous, ni tout le temps, ni dans les mêmes dispositions. Il est impossible de disposer de la mitraillette avec exactitude et raison.
Las de ce brouillard dense et mobile, le troupeau décide de décider qui portera la mitraillette.


La chaleur monte. D'innombrables vaches lorgnent la mitraillette avec la concupiscence d'un prélat joufflu. L'on s'agite, l'on fomente. Ce crocodile de vache absent monopolise décidément toutes les attentions. Sa mitraillette orpheline scintille comme la fraise centrale d'un porridge au fromage. C'est la promesse de la convergence plénipotentiaire. Cette mitraillette est le slip de Dieu. C'est la mitraillette de toutes les passions, c'est la mitraillette de toutes les causes, de l'éternité de l'avenir et de la justice absolue.
Le Candidat Universel le confirme : les aspirantes mitrailleuses sont nombreuses et véhémentes. On s'apprête à mordre. Certaines s'inquiètent. D'autres se projettent. Afin de limiter les dégâts et dans le respect des apparences, des vaches suggèrent qu'au lieu de s'entre-corner pour la mitraillette, elles organisent un concours de racontars dont le premier prix sera la mitraillette. Les yeux plein d'étoiles, ces vaches se préparent sans tenir compte de l'indifférence de la plupart.
Le Candidat Universel est frugal.

C'est l'effervescence, le troupeau bourdonne avec amplitude et couine en se cognant sans arrêt dans le noir. Le mouvement brownien de la horde s'intensifie. La température croît, croît, croît. La sueur dégouline dans la bave. Les poils se raidissent, les tendons se contractent, les hormones fusent. Les élections surgissent ! Le rituel de désignation du détenteur de mitraillette est en éruption cyclique ! La festival du racontar bat son plein, c'est un spectacle permanent. Les vaches savent qu'elles seront moins des vaches si elles peuvent décider qui est le crocodile. Démocratie, je crie ton nom. Mitraillette, je nomme ton cri. Confusion et mitraillette. Démotraillette.

Mais n'y-a-t-il réellement aucune vache pour signaler à l'assemblée qu'il serait plus moral, plus utile, plus logique, plus pratique et considérablement plus avantageux pour toutes de simplement supprimer la mitraillette ?


Pourtant mais si ! C'est le Candidat Universel ! Le Candidat Universel propose de faire disparaître la mitraillette. Pouf la mitraillette. Un vrai miracle !
Vite, vote pour Le Candidat Universel !


No comments:

Post a Comment