Le guide de l'électeur avisé

Le changement, c'est toujours. J'aime dit l'électeur. Et il va voter.
Mais qui ? Mais ? Que ?
Attention, l'électeur avisé ne donne pas son vote à n'importe qui n'importe comment. L'électeur avisé ne vote pas sur un coup de tête, il ne se fie pas aux apparences.
En tant que tel, l'électeur avisé détecte parmi les candidats le meilleur expert pour être un gouvernement. Il emploie à cet effet cette stratégie en deux points ci-dessous.

Petit un : premier point de la stratégie de l'électeur
L'électeur veut raison garder et il a bien raison. Halte à la frivolité ! Pour ce faire, l'électeur acquiert en continu des connaissances pointues dans tous les domaines dont il confie l'exclusivité au gouvernement, parmi lesquels le racket, le génocide, la guerre et le diamètre des oignons.
Ainsi le soir en rentrant du travail et pendant tous ses temps libres, l'électeur ne se disperse pas en futilités comme glisser sur de la neige ou jouir des Mâchoires de la Mort. Non ! L'électeur est un mammifère discipliné dans son étude. Il sait à quel point elle est cruciale pour effectuer le bon choix.
Il se cultive à en perdre haleine, l'enjeu est capital. Alors l'électeur lit d'énormes livres et il assiste à d'énormes conférences et il rédige d'énormes essais de synthèse. L'électeur apprend, l'électeur réfléchit, l'électeur assoit sa culture personnelle sur des fondations larges et profondes. Sa pensée prend forme et densité.
Muni de ce savoir indispensable, l'électeur peut continuer sa quête.

Petit deux : deuxième point de la stratégie de l'électeur
Avant d'introduire son choix dans la fente, l'électeur se renseigne minutieusement sur tous les candidats à l'élection afin de jauger leurs racontars par rapport au puissant savoir emmagasiné au premier point de sa stratégie. Sa compétence d'électeur désormais cultivé le rassure.
Ainsi le soir en rentrant du travail et pendant tous ses temps libres, l'électeur ne se disperse pas en futilités comme glisser sur de la neige ou jouir des Mâchoires de la Mort. Non ! L'électeur est un mammifère discipliné dans son étude : il ne se contente pas de quelques slogans ni de discours festifs, il se gausse des débats tutubisés et des banderoles publicitaires. Halte à la frivolité ! Il lui faut du solide et du sérieux.
Il se plonge éperdument dans le vif du sujet. Il dissèque les programmes présentés par tous les candidats, ils les digère, il les corrobore. L'électeur pondère, l'électeur analyse, l'électeur suppute. Il dort peu, il se lave quand il peut. L'électeur ne s'accorde aucun répit car il n'est pas superficiel, il veut effectuer le bon choix. C'est un sacerdoce.
Alors l'électeur lit le livre de chaque candidat en rédigeant des fiches et en refaisant tous les calculs.

Prenons quelques exemples au hasard :

Anchois Billon
Parmi les socialistes de droite, c'est le plus triste, mais le mieux habillé. Son livre s'appelle Faire Caca à juste titre. Il contient uniquement des phrases en français dont l'intérêt équivaut celui d'un ventilateur en panne. Malheureusement, cela ne sera pas suffisant pour lui permettre de remporter l'élection car son prédécesseur s'appelle Anchois Groland et il est impossible que deux présidents successifs portent le même prénom (la preuve : Valère Y-Git-Car-des-Seins + Anchois Vomiterrand).
Gérard Darmon
Voici le candidat du Parti Sans Dire Merci. Personne ne sait vraiment qui c'est, on se rappelle seulement son rôle de ménestrel dans Sans peur et sans reproche, mais c'est tout. Pour des raisons inconnues, il essaie de devenir président de la république. En effet, certains individus pensent qu'ils ignorent pourquoi, tandis que la majorité n'en a pas encore été informée. Cette personne a quand même "écrit" un livre intitulé Pour la génération qui vient qui serait triste, voire désuet, s'il n'était soluble dans le pipi. Heureusement, il a la densité d'un prospectus et l'envergure d'un ticket de caisse. Il suffit de regarder l'avant et l'arrière puis de le donner à un termite.
Géronte McRond
Né vieux, le candidat socialiste du centre gauche-droite a beaucoup plus d'expérience que les autres, puisque eux ont dû attendre. D'ici là, il prône plusieurs causes telles que la marche à pied, les éponges sucrées et le printemps. Pour le prouver, il a écrit un "livre" portant le titre novateur de Révolution. Écrit en très gros caractères sur peu de pages, ce livre se lit facilement debout. Il possède l'autre l'avantage d'employer le style vif et enjoué d'une rédaction de CM2. De nombreux passages provoquent l'envie de manger des tartines. Alors même si ce petit texte décousu n'a pas plus de consistance que la purée carottes-jambon de Tommy Pikassiett, la nostalgie de Goldorak et de la barbe-à-papa saura séduire quiconque.
Jean-Marine
Les nombreuses rangées de petites dents acérées de cette personne sont rédhibitoires à plusieurs autres personnes. Pourtant, cette candidate socialiste de gauche plisse le front, ce qui permet de saisir son humanité. Karl Max et John Maynard Keynes ayant déjà écrit plusieurs milliers de pages, cette personne s'est abstenue d'écrire son propre livre de campagne. Halte au superflu ! Elle préfère manier les oxymores stéphanecollaresques comme "protectionnisme intelligent" ou "patriotisme économique" ou "renforcer la liberté d'expression" ou "commandes publiques" ou "souveraineté du peuple". Elle sait en 144 points ce qui est bon pour l'électeur. Alors, grâce à son âne qui fait caca des diamants et avec l'aide de la police, elle organise tout bien pour tout le monde, et les licornes blondes s'égaient au soleil couchant avec le bandersnatch.
Fidel-Ilitch Mélenchavez
Cette personne alcoolique est spécialiste des brèves de comptoir et l'on pourrait croire que c'est ce qui alimente sa popularité. Mais ce n'est pas tout, non plus. Cette personne est aussi Grand Guide de la Révolution en tant que candidat socialiste de gauche. Pour le prouver, cette personne cite le plus souvent possible Karl Marx, cette valeur en hausse. Cette personne a également imprimé un fascicule intitulé De la biture dont l'ironie n'échappe pas aux hôpitaux raillant les charités. Cette personne propose d'être gentils tous ensemble grâce à son coquillage géant qui pond des mangues et du quinoa en quantités illimitées avec l'aide de la police. Cette personne utilise pour cela des phrases d'hilarité comme "protectionnisme solidaire" ou "robots". Tout est prévu au quart de poil de slip et les canards en caramel naviguent les rivières de lait entre deux miradors arc-en-ciels.
Coquille Saint-Jack Cheminée
Le candidat le plus orbital de toute l'équipe est bel et bien ce trotskiste aérospatial. Cet homme clairvoyant est grand consommateur de framboises et de pain. Il explique les gentils et les méchants dans un assemblage livresque de niveau + 13 car attention attention il s'agit d'une trilogie. Il est rare qu'un candidat se lance dans une série, mais lui oui. On y apprend en particulier qu'il convient de conquérir au plus vite la Lune, puis Mars : c'est un disciple de Paul Krugman. Il n'y a donc rien à rajouter, si ce n'est bon voyage.
En guise d'opinion, certains disent qu'il devrait emmener Anchois Billon. D'autres nourrissent une certaine perplexité, puis ils se souviennent de Gérard Darmon. Finalement, tout se recoupe.

(ATTENTION) Si se pencher sur tous les programmes individuels devient rapidement fastidieux, c'est parce qu'il y a beaucoup de superpositions et de répétitions. Et pour cause : il s'agit à chaque fois d'une déclinaison du PCU (le Programme Collectiviste Universel) avec 33 cl de plus ou de moins.
L'électeur avisé et astucieux pourra donc gagner un temps précieux grâce à l'habile résumé présenté dans ce livre très intéressant. Un seul livre, toute la politique.

L'électeur est presque parvenu au bout de ses peines. Il a tout computé : il va pouvoir voter.
L'électeur mérite respect et admiration pour l'abnégation de sa persévérance : cette fois-ci, c'est la bonne. C'est l'élection qui va tout soigner ! Hauts les coeurs et plus loin encore !



3 comments:

  1. Les haribos c'est trop bon surtout les rouges.
    Mais je sais que les anchois ça fait faire de plus beaux cacas pour la santé.
    Je dois encore réfléchir.

    ReplyDelete
  2. et les asperges pour le pipi qui sent bon ?

    ReplyDelete